Intention de recherche

Depuis quelques années, ma compréhension accrue des différents enjeux environnementaux m’a menée à pousser ma réflexion plus loin : une œuvre peut-elle profiter à la fois aux gens et à la planète ? Comment un artiste peut-il créer de manière éthique sans altérer son processus créatif ?

L’empreinte écologique de l’artiste sur son environnement est un sujet qui me touche tout particulièrement. Je m’intéresse ainsi à la manière dont il est possible de se tourner vers un mode de production plus respectueux de son environnement : « [...] monter une exposition consiste toujours à déplacer à travers le globe [...] de grandes quantités d’objets, à les installer sur ou entre des murs temporaires construits le plus souvent en MDF bourré de formaldéhyde et peints à l’acrylique, avant de jeter le tout à la benne une fois l’exposition terminée – sauf les œuvres, bien entendu. » (Jill Gasparina. (2019). Le lourd bilan carbone de l’art contemporain, [En ligne])

L’exposition The Edge of the Earth (2016) traite du changement climatique à l’heure de l’Anthropocène*, une thématique que je souhaite aborder dans mes projets futurs. Selon Bénédicte Ramade, commissaire de l’exposition, « la vulgarisation et la prise en charge philosophique du concept géologique d’Anthropocénie [...] pourrait changer la donne non seulement au plan écologique, mais aussi artistique. » (Bénédicte Ramade. (2015). L’art de l’écologie aux limites de l’exposition, [En ligne]) Je réfléchis beaucoup à cette « Ère de l'Homme », et à la révolution intellectuelle qu’elle implique. À travers mon travail, je souhaite mettre en images cette révolution et rendre sensibles les données scientifiques que l’on peut lire dans les articles de journaux. Pour ce faire, je souhaite que mes projets se situent davantage dans le champ de l’action utile.

Tout comme le travail de l’artiste Patricia Johanson, qui s’inscrit dans « l’art de restauration », mon intérêt se dirige vers la création d’une forêt nourricière, la revitalisation d’un lieu contaminé ou encore la construction d’un hôtel pour insectes. Ces microhabitats que j’imagine sur papier dans ma pratique, je veux en faire quelque chose de réel et provoquer des changements positifs dans la société.

*Anthropocène : l’époque de l'histoire de la Terre qui a commencé quand l’activité humaine a provoqué des conséquences significatives sur l'écosystème terrestre